vos 5 outils pour une bonne première impression.

   .

5 étapes d'une candidature réussie. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

Candidater, c'est communiquer. Rien d'autre à savoir ou à comprendre. Ce n'est pas en faisant votre métier que vous convainquez une entreprise de vous embaucher, c'est en communiquant avec un recruteur. 

Vous n'êtes pas aux commandes et un autre va prendre ou non la décision de vous signer un contrat de travail. 

Il faut qu'il ait de bonnes raisons ça et il ne les trouvera pas tout seul. Vous devez lui fournir et, cette fois, c'est vous le patron. S'il est convaincu, votre communication est bonne. S'il ne l'est pas, ... devinez la suite. 

Communiquer, si on le résume au plus simple, c'est un échange de messages et vous êtes au service.  Pour que la partie continue, vous devez inscrire la balle dans une surface délimitée par des lignes. Sinon, c'est "OUT". La différence avec le tennis, c'est qu'un seul service manqué et c'est "0:6, 0:6, 0:6". "Jeu, set et match" en une fois.

Au tennis, service manqué, point perdu. En recrutement, 1ère impression manquée, offre perdue. 

Rappelez-vous que vous n'êtes pas en face d'une machine mais d'une personne occupée qui reçoit beaucoup de candidatures et n'a pas de temps d'analyser chacune d'elles en profondeur. Il utilise un jugement instinctif très efficace auquel vous devez répondre avec précision. Le recruteur a très peu de choses sous la main pour se faire une idée. Aucun détail ne passe au travers et tout a une importance disproportionnée.

Je ne prétend pas parler au nom de tous les recruteurs mais voilà les risques que vous prenez en loupant ces petits détails.


1 - Vos courriers (CV, lettre de motivation, mail).

Si vous n'avez pas lu cet article sur les choses que votre CV doit contenir, voici le lien. Si vous l'avez lu, vous savez déjà l'importance de ces outils. 

Orthographe, ponctuation, accents, photo appropriée, mise en page. Autant de petites choses sur lesquels votre lecteur va se forger son idée de vous. 

Ce n'est pas très difficile de comprendre que lorsque je lance une offre d'emploi, je m'attends à recevoir "à boire et à manger". C'est comme la pêche, dans les filets, il y a du poisson mais aussi des algues et des coquillages. Personne ne perd son temps à goûter des algues pour voir si c'est bon. On rejete à l'eau et on ne garde que le poisson. C'est l'objectif de la sortie en mer. 

Les points suivants participent à la première impression mais vos courriers en sont le premier ambassadeur puisque c'est eux que l'on reçoit en premier.  


2 - Votre adresse mail.

Imaginez-vous l'image de sérieux que vous auriez de votre percepteur s'il vous réclame de l'argent avec un mail envoyé de cette adresse : titi.lepoilu@impôts.gouv.fr. Je continue pour vous faire plaisir mais je pense que vous avez compris en 1/2 seconde de quoi il s'agit. 

Sans doute que ces copains l'appellent bien Titi le Poilu mais ça ne doit pas être un vrai percepteur. Imaginez, même les escroqueries en ligne, phishing et autres joyeuses arnaques font plus d'effort pour avoir l'air sérieux. 

Si vous passez une offre et que vous recevez 100 candidature, une part non négligeable va vous arriver avec des adresses de ce genre là.

Il faut une poignée de secondes pour créer une adresse mail sur les webmails gratuits (yahoo, gmail, hotmail, etc...). 
3 - Votre .

Si vous avez correctement respecté les étapes 1 & 2, vous allez être beaucoup plus facile que si vous ne l'avez pas fait. D'abord parce que vous allez avoir plus de rendez-vous mais aussi parce qu'ils vont mieux se passer. 

Il est inutile d'être Superman pour réussir un entretien d'embauche. Pire, il est inutile d'avoir fait un sans faute dans la démonstration du PARFAIT PETIT CANDIDAT illustré qu'on trouve un peu partout. 

Vous avez peut-être remarqué quelque chose : ce n'est pas parce que vous respectez à la lettre les conseils de gourous du coaching d'entretien que cela fonctionne ? D'abord parce qu'il est quasiment impossible de répéter les phrases ou les attitudes magiques, telles qu'on vous les donne à répéter, ensuite parce qu'en tant que recruteur, j'ai toujours eu une sainte aversion pour les candidats qui jouent un rôle qu'ils ont appris pour passer pour quelqu'un d'autre. 

C'est sûr, si vous respectez toutes les consignes à la lettre (si vous y arrivez), vous ne ferez pas d'erreur majeure. Sauf une : il va vous manquer la spontanéité et cela va éveiller un (très très) (vraiment très) gros doute dans l'esprit de celui qui est en face de vous. 

Si c'est un très bon pro, il en a pour 10 minutes à vous pousser en dehors de la charette et vous faire sortir du rôle. Sinon, il sentira bien qu'il y a un os, même s'il n'est pas capable de l'isoler tout seul. Je vous rappelle que ce n'est pas un examen. Cela veut dire que vous pouvez échouer avec 20/20 et que le candidat suivant, va réussir avec 15/20. 

Pour une raison très simple et facile à comprendre. C'est exactement la même qui explique pourquoi tous les français n'achètent pas une voiture de 4CV fiscaux en provenance d'une marque généraliste française. C'est ce qui se passerait si nous réagissions rationnellement. Le meilleur, le plus fiable, le plus civique, le plus écologique pour le moins cher. Exit, BMW, Range Rover, Mini, Bentley, Rolls, Ferrari, Alfa-Roméo, Cadillac, Lamborghini, Bugatti, Jaguar, etc, etc...

Et oui, le recruteur est un être humain. Tout être humain, même le plus sérieux de la planète, ne voit pas le monde à travers un filtre purement rationnel ou mathématique. Il le voit à travers un filtre culturel, émotionnel. A travers son imagination, ses préjugés, bref, pour convaincre un recruteur, ce n'est pas la prestation parfaite, c'est une prestation convaincante et une part de lien personnel et de séduction gratuite. 

Si vous ne me croyez pas, reprenez votre expérience récente de candidat et analysez là avec cette nouvelle clé de lecture....


4 - Conclure l'affaire.


Et oui, c'est une vente. Cette étape est la plus délicate. Cela se joue sur un mot, un coup de fil , une relance opportune. Elle veut aussi dire qu'il s'agit d'une vente et que votre recruteur (acheteur) prend souvent sa décision sans avoir la conviction absolue qu'il fait le bon choix. Si vous l'aidez un peu, vous lui rendez service ET vous avez le job.

Au lieu de sortir les traditionnelles questions idiotes à la fin de l'entretien quand on vous demande si vous avez des questions, concentrez-vous sur la vente. "quand prendez-vous la décision ?". "Y-a-t-il beaucoup d'autres candidats sur le poste ?", etc... Au lieu d'essayer de passer pour le super-candidat qu'on a plus envie de gifler que d'applaudir, vous allez obtenir des informations concrètes sur ce qu'il faut faire pour conclure la vente. 

La décision se prend le 21 ? Passez un coup de fil la veille pour réaffirmer votre intérêt pour le poste et faire valoir un argument. Si vous avez seulement demandé quelle est la stratégie de développement à moyen terme de l'entreprise dans le domaine de je ne sais quoi, vous aurez l'air bien malin(e) quand vous recevrez un refus le 22.

Ce n'est rien d'autre qu'une vente. Vous mangez si vous vendez. Le reste, c'est pipeau.


5 -  Réussir la période d'essai.


Vous l'aviez oubliée, celle-là ? Il ne faut pas parce qu'elle fait partie intégrante du parcours de recrutement. Ce n'est pas la plus difficile à réussir mais il est facile de s'y prendre les pieds et de se retrouver au point de départ. Vous avez signé un contrat ou vous êtes en intérim en attendant. Le recruteur va observer si ce qu'il a détecté dans votre recrutement est bien à la hauteur du dépliant publicitaire qu'étaient les étapes précédentes. 

Je vous rappelle que les annonces sont encore chaudes et qu'il a, dans son tiroir ou plutôt sur son disque dur, des CV qui frétillent encore. Il aurait tort de ne pas être un peu exigeant tant qu'il le peut.

Attachez vous à montrer 3 choses : votre capacité d'intégration dans un groupe, vos qualités professionnelles (et non pas seulement vos compétences) et surtout votre enthousiasme. Si votre employeur a la conviction qu'il a déniché un bon candidat dès les premiers jours, sa vigilance va petit à petit se transformer en début de confiance et c'est une belle base pour la suite. 


5 étapes et pas une de moins. Et vous, à laquelle êtes-vous rendu(e) en ce moment ?


Patrick Morin. 1 job pour 10 cv.

N'attendez plus pour vérifier l'efficacité de votre CV. C'est gratuit et sans engagement.

Faites évaluer votre CV.

pdf maxi 500 Ko
CAPTCHA

Jouez maintenant pour tester votre efficacité.

quizz efficacité. 1 job pour 10cv. Patrick Morin

Un quizz gratuit en 10 questions pour vérifier votre efficacité.

Jouer

fermer la fenetre

Abonnez-vous !

Améliorez votre efficacité en recevant  les conseils d'un recruteur.